7 façons de retrouver la direction quand on se sent perdu

7 façons de retrouver la direction quand on se sent perdu

Quand nous ne parvenons pas à comprendre pourquoi on en est arrivé à notre travail actuel, on peut avoir la sensation de nous sentir à la dérive. Il semble que, au lieu de planifier notre carrière, nous nous laissions emporter par le courant. Nous avions peut-être un plan, mais une faible capacité à porter à terme notre carrière et / ou les coups durs de la vie l’ont modifié. La vérité c’est que tous, ou presque, avons déjà éprouvé cette sensation de dérive, d’avoir perdu la direction.

Voilà les 7 raisons qui nous poussent à la dérivent, et 7 façons de retrouver la Route

  • Trop pris pour entrer dans la passion

Eprouver de la passion pour ce qu’on fait est quelque chose de fantastique ! Car pour beaucoup, le travail est ce qui permet de payer les factures, et non pas un débouché à des passions plus profondes. Or si nous pensons que nous sommes trop pris par la routine pour faire quelque chose qui nous passionne vraiment, nous finirons par nous sentir ennuyés, sinon perdus.

Alors 2 solutions: soit nous faisons de notre passion notre travail ; soit nous trouvons une ou plusieurs façons d’aimer (à nouveau) notre travail actuel. Et pour comprendre ce que nous aimons il est nécessaire de prendre un peu de temps pour se consacrer à ses propres passions … La musique, l’art, cuisiner, écrire quelque chose,  faire du volontariat, passer du temps avec les enfants, les personnes handicapés, faire du bricolage, animer des interviews, donner des cours de chant, d’informatique, de langue …  Si vous êtes toujours pris dans la routine, la passion ne peut pas prendre sa place. Ménagez-vous un peu de ce temps pour vous (re)découvrir !

  • Ne pas réussir à déterminer de but

Avec la passion, il y a la nécessité de sentir que ce que vous faites a un but, possède une raison significative d’être. Beaucoup de personnes qui travaillent sur des petits objectifs semblent être détachées du but principal ; et leurs superviseurs ne se sentent pas dutout obligés de « mettre ensemble les petits cailloux » ; d’expliquer comment chaque tâche mène vers un but plus élevé. Et il est très difficile de se sentir motivé par une signification profonde dans une occupation si nous n’avons qu’un sens vague de la vision d’ensemble. C’est une raison supplémentaire pour essayer de trouver une alternative qui vous passionne, parce que cela vous aidera à retrouver la sensation d’avoir un but.

  • L’absence de soutien social

Combien d’entre nous peut compter sur un groupe de soutien ? Nous vivons notre vie largement détachés des autres, sauf pour des besoins spécifiques, et cela contribue à la sensation d’isolement. – tandis que, ironie du sort, les réseaux sociaux sont en pleine expansion- Renouer avec une groupe, concrètement, par le biais d’une activité associative qui vous plait, par exemple, est un moyen de trouver du soutien dans un moment délicat.

  • Une surcharge de connaissance

Nous avons trop de choses à gérer quotidiennement dans nos têtes ! Sans un système externe de gestion informatique, on se sent surchargé, et cela contribue à la sensation de difficulté de faire face aux responsabilités que nous affrontons sans cesse. S’efforcer de faire un tri, hebdomadaire, mensuel dans fichiers d’ordinateur, dans nos tête : on arrête une journée d’aller chercher des informations, mais plutôt on en jette, on les classe; et on s’octroie une journée « NO technologie » une fois par semaine, ou au strict minimum une fois par mois: on en profite pour une ballade dans les montagnes enneigées !..

  • Une concentration fragmentée par les distractions

L’hyper connection (Iphone, Ipad etc.) nous porte inévitablement à avoir une attention fragmentée. Quand nous ne parvenons pas concentrer notre temps, notre énergie sur un projet sans être distrait par nos smart phone ou mail, il est naturel de se sentir détachés du projet qui pourtant nous tient à cœur, et perdu sur la façon dont nous le porterons à terme. Si nous voulons vraiment faire un travail de qualité, il faut absolument s’efforcer de barrer la route aux distractions ! Il n’y a pas d’autres façons pour profiter pleinement et de manière constante de notre travail, puis du résultat!

  • Attention aux aliments qui « embrouillent » le cerveau !

On sait désormais que la culture fast food porte à toute une série de problème de santé. Mais il y a aussi beaucoup d’indices selon lesquels des sucres lents, ou les aliments riches en lipides nous empêchent de penser clairement. Avec le temps, la rapidité de penser clairement et la mémoire s’amenuisent, et de fait,  nous nous sentons perdus, surtout lorsque l’on a dépassé la cinquantaine.

Alors faites un petit test quelques jours: cessez de cuisiner et mangez le plus possible de fruits et légumes crus et bios ; diminuez votre apport en sucre lents et graisses, ne serait-ce qu’une journée ou 2 dans la semaine: faites-le !!

Notez comment vous vous sentez le soir ; l’après midi après avoir déjeuner d’un melon et salade verte. Les aliments crus nous font récupérer quantité d’énergie, habituellement perdue dans un mécanisme compliqué de digestion d’aliments raffinés !..

  • Les images des médias créent de fausses attentes

Nous tombons amoureux parfois de n’importe quelle image parfaite et idéale … Qu’il s’agisse d’une top model ou de la Lexus que tous voudraient avoir à Noël… Faites votre choix 😉  Tout cela n’est que pure fantaisie commerciale ! Le bonheur, le succès, ne dépendent pas de l’achat de la montre dernier cri. Un achat est un acte de consommation. Point. En tant que tel, il résout un problème bien précis et limité… Mais qui peut faire sombrer dans la dépression si nous lui accordons plus que sa valeur réelle !.. Remettons les choses à leur place : le bonheur, le succès, se vivent, s’expérimentent continuellement, personnellement et se construisent avec le temps. Les valeurs qui nous animent importent dans ce cas (le courage, la foi, l’espoir, l’enthousiasme …) et nous les trouvons en nous-mêmes. Quand nous nous laissons guider par ce que nous voulons porter au monde pour contribuer à l’améliorer, alors nous avons trouvé la Route, et nous évitons tous les leurres superficiels.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

1 × trois =